Qantara Qantara

Fragment de bois à décor d'arcatures

  • Titre / dénomination : Fragment de bois à décor d'arcatures
  • Lieu de production : Tunisie, Kairouan
  • Lieu de découverte : Tunisie, Kairouan, Grande Mosquée
  • Date / période : 1293
  • Matériaux et techniques : Cèdre peint
  • Dimensions : L. 195 cm ; l. 20,5 cm ; Ép. 3,5 cm
  • Ville de conservation : Kairouan
  • Lieu de conservation : Musée des Arts islamiques de Raqqada
  • Numéro d'inventaire : 339

Les plafonds de la mosquée de Kairouan firent l’objet de plusieurs restaurations et réfections du IXe au XVIIIe siècle.

Un mince bandeau meublé de petits ocelles souligne le bord supérieur de la planche. En-dessous, un ruban blanc d’où pendent des nodules de petites langues délimite la hauteur du décor principal. Celui-ci, peint de couleurs vives, répété sept fois et demi, est défini par l’entrecroisement de trois types d’arcs lobés, de tailles différentes.

L’arcature du premier plan est constituée d’arcs assez larges vert cerné d’un liseré coloré présentant huit lobes et brisés. Au deuxième plan, finement souligné de couleur, court une arcature d’arcs trilobés alternativement de la hauteur de ceux du premier plan et de la moitié de cette hauteur. Le sommet des plus grands se loge dans les écoinçons de l’arcature verte, les arcs plus petits à l’intérieur de la même arcature. Tous les intervalles sont meublés, selon leur taille, d’un élément floral isolé : palmette, fleuron, demi-palme, feuille, axe végétal couronné d’un fleuron.

Réalisée à une époque où l'art ifriqiyen a subi l'empreinte hispano-mauresque, l’on est tenté de dater cette planche de l'époque du prince hafside Abû Hafs ‘Umar (r. 1284-1295), qui procéda en 1293 à la restauration de la Grande Mosquée de Kairouan et y construisit des porches latéraux, dont le plus remarquable est celui de Bâb Lalla Rayhana.

L'arc polylobé fut très employé dans l'art hispano-mauresque dans les décors en bois peint et surtout sculpté, illustrés par exemple par une architrave provenant d'une mosquée de Marrakech du XIe siècle[1] et par des décors sculptés sur bois de cèdre provenant de madrasa marinides à Fès et à Meknès. On trouve déjà ce motif d’arc chez les Abbassides, sur le décor de la porte de Baghdad à Raqqa (Syrie) et en Égypte fatimide à partir du Xe siècle sur plusieurs monuments, dont les mosquées d'al-Hâkim (1002-1003) et d'al-Aqmar (1125). Dès le Xe siècle, il faisait partie du répertoire décoratif ifriqiyen et apparaissait sur la façade de la Grande Mosquée de Sfax (988) et de celle de Sidi ‘Alî Ammar à Sousse (début Xe siècle). Il est fréquent à la Qal'a des Banu Hammad, et triompha dans l'architecture andalouse, par exemple à la Grande Mosquée de Cordoue (milieu du Xe siècle) à l'Aljaferia de Saragosse (seconde moitié du XIe siècle) et plus tard au palais de l’Alhambra à Grenade (XIIIe - XVe siècles), ainsi que dans l'art almoravide et almohade, par exemple à la Grande Mosquée de Tlemcen (1136) et de Tinmel (XIe - XIIe siècles).  L'Ifriqiya hafside et post-hafside l'employa également comme motif décoratif. Il constitue, notamment sur les minarets, l'élément de base du réseau losangé. Du Maghreb, cette ornementation se propagea en Espagne chrétienne, en Sicile normande, en Italie et même en France.

L'arc trilobé se transmit en Ifriqiya, sans doute par l’intermédiaire de l'Andalousie, puisqu'il apparait à la Grande Mosquée de Cordoue au Xe siècle. Néanmoins, il figurait déjà dans les arcades de la mosquée de Raqqa (Syrie) au VIIIe siècle et perdurera plus tard en Syrie (Alep, minaret de la Grande Mosquée, 1096), en Égypte ayyoubide et mamluke, par exemple au Caire au complexe du sultan Qâ’it Bay (1477) et à la madrasa du sultan al-Ghawrî (1503-1504).    

NOTE

[1] Paris, musée du Quai Branly, inv. 74.1988.2.3. Voir aussi la frise espagnole, XIIIe - XIVe s., Paris, musée du Louvre et celle marocaine du XIIe - XIIIe s. conservé à l’Institut du monde arabe.

BIBLIOGRAPHIE DE L'OBJET

Tunez, Tierra de culturas, (cat. exp., Barcelone, 2003), Valence : IEMed, 2003, p. 232.

Tunisie : du  christianisme à l’islam. IVème- XIVème siècle, (cat. exp., Lattes, musée archéologique, 2001), Lattes : Landes et Ben Hassen, 2001, p. 191.

BIBLIOGRAHIE DE REFERENCE

Mozzati, L., L'art de l'Islam, Paris : Mengès, 2003, p. 102-103, p. 223.

Le Maghreb médiéval, Aix-en-Provence : Édisud, 1991, p. 248, fig. 188-189.



Transversalités associées
Hafsides (1228-1574)
Hafsides (1228-1574)
Islam
Islam
Peinture
Peinture
Bois
Bois
Patronage artistique
Patronage artistique
Motifs géométriques
Motifs géométriques
Formes et motifs
Formes et motifs
-->