Qantara Qantara

Diptyque avec saint Procope et la Vierge Kykkotissa

  • Titre / dénomination : Diptyque avec saint Procope et la Vierge Kykkotissa
  • Lieu de production : Saint-Jean-d’Acre ou Monastère de Sainte-Catherine
  • Date / période : Vers 1280
  • Matériaux et techniques : Tempera et or sur deux armatures de bois, support de lin et gesso
  • Dimensions : Chaque panneau: H. 50,9 cm et L. 39,9 cm
  • Ville de conservation : Sinaï
  • Lieu de conservation : Egypte, Monastère de Sainte-Catherine

Sur le panneau gauche, saint Procope figure en saint militaire vêtu d’une armure sur laquelle est attachée une chlamyde bleue et tenant lance, épée et bouclier. Sur la partie supérieure de la composition deux anges aux ailes déployées posent une couronne richement décorée sur sa tête. De part et d’autre du saint une inscription l’identifie : O AΓIOC ΠPOKOΠIOC O ΠEPIBOΓITHC. Il est possible que cet épithète provient du mot grec περιβόητος (très célèbre), faisant référence à l’enkomium à l’honneur du saint par Niketas de Paphlagonie et au Synaxaristis de Nicodème l’Athonite.

Sur le panneau droit du diptyque figure une Vierge de type Kykkotissa, dont le nom provient du monastère de Kykkos à Chypre. Ce monastère chypriote fut dédié à la Mère de Dieu par le moine Esaïe qui semble être aussi son fondateur. L’empereur Alexis Ier, outre les nombreux privilèges accordés au monastère, il a offert une icône peinte, dit-on par saint Luc, et connue depuis sous le nom de Kykkotissa. La Vierge est représentée de trois-quarts se penchant légèrement la tête vers la gauche. Elle porte un maphorion au-dessus duquel est posé un long voile richement décoré de couleur rouge, couvrant la tête et les épaules. Son regard se dirige vers le Christ Enfant qu’elle tient étendu dans ses bras. Il est vêtu d’une longue tunique blanche ornée de grandes étoiles à six branches et de petits losanges alors que les manches et le bas de sa tunique sont décorés d’un ornement brodé. Une écharpe rouge couvre le haut de son corps et ses épaules. Cette étole portée par l’Enfant ajoute une connotation liturgique à l’image puisqu’elle assimile le Christ à un prêtre.

Les deux panneaux sont encadrés d’une bordure décorée des figures de saints et de saintes. Sur le panneau gauche, saint Procope est entouré des saints Pierre et Paul, de Jean le Théologien, de Thomas et des saints militaires Théodore et Georges. Enfin, sur le haut de la bordure figure le Christ bénissant et tenant le livre des Evangiles entouré de deux anges, et sur le bas sont représentés les saints Cosme, Christophe et Damien. Les portraits des saints qui ornent l’image de saint Procope ont été choisis pour leurs caractéristiques propres qui peuvent également être attribuées à saint Procope. Sur le panneau de droite, le portrait de la Vierge à l’Enfant est entouré de Moïse et de Jean-Baptiste, des saints évêques Basile et Nicolas et des saints Jean Climaque et Onuphre. En haut, saint Joaquim et sainte Anne entourent l’image de la Vierge dans le Buisson ardent, alors qu’en bas saint Constantin et sainte Hélène flanquent le portrait de sainte Catherine. La présence de cette dernière et de la Vierge dans le Buisson ardent rendent très apparent le lien de l’icône avec le monastère de Sainte-Catherine du Sinaï.

Certains chercheurs voient en ce diptyque une commande spécialement destinée au  monastère de Sainte-Catherine, alors que d’autres pensent que cette œuvre a été réalisée dans un des ateliers de Nicosie, à Chypre, où était localisée une dépendance du monastère de Kykkos dédiée à saint Procope. Une attribution au grand centre de Saint-Jean-d’Acre a également été suggérée en raison du style « croisé » vénéto-byzantin que présente le diptyque.

En effet, l’insertion des traits occidentaux dans l’iconographie des figures de ce diptyque –saint Procope couronné, saint Jean le Théologien représenté jeune et sans barbe, Moïse et Constantin figurant barbus, Hélène tenant plusieurs reliquaires de la Vraie Croix – comme aussi dans le style – les visages en ovale, les yeux rapprochés et en forme d’amande, les coiffures – place cette œuvre dans le contexte des Croisades, reliant Jérusalem et Chypre avec le Sinaï et met en relief les liens artistiques qui se sont tissés à cette même époque entre Orient et Occident.

BIBLIOGRAPHIE DE L'OBJET

Trésor du Monastère de Sainte-Catherine, Mont Sinaï, Egypte, Fondation Pierre Gianadda Martigny, Suisse, Martigny 2004, p. 115-119

Aspra-Vardavakis M., Observations on a thirteenth-century Sinaitic Diptych representing St Procopius, the Virgin Kykkotissa and Saints along the border, Byzantine Icons. Art, Technique and Technology. An International Symposium, Gennadius Library, The American School of Classical Studies at Athens, 20-21 February 1998, éd. M. Vassilaki, Heraklion 2002



Expression #1 of ORDER BY clause is not in SELECT list, references column 'qantara.fr_index.in_poids' which is not in SELECT list; this is incompatible with DISTINCT