Qantara Qantara

Vase d'apothicaire

Vase à inscription magique

  • Titre / dénomination : Vase d'apothicaire
  • Lieu de production : Égypte ou Syrie
  • Date / période : XIVe siècle
  • Matériaux et techniques : Céramique siliceuse engobée, décor d'engobe et de peinture sur engobe, sous glaçure transparente incolore
  • Dimensions : H. 32 ; D. base : 11,5 ; D. ; ép. env. 1,2 cm
  • Ville de conservation : Paris
  • Lieu de conservation : Musée du Louvre, Département des Arts de l'Islam
  • Numéro d'inventaire : MAO 618
  • Mention obligatoire, acquisition, don, legs, dépôt : Ancienne collection Gamsaragan Bey, le Caire. Acquisition, 1979

Au premier coup d’œil, ce vase balustre dont la panse est recouverte d’une grande inscription  pourrait être attribué aux ateliers de « Sultanabad» au nord-ouest de l’Iran, tant les références aux céramiques ilkhanides sont nombreuses. Les principaux éléments du décor accusent un léger relief par suite de l’emploi d’un engobe épais - procédé qui caractérise, au début du XIVe siècle, les productions dites de « Sultanabad », ou encore celles de Djoveyn, dans le Khorassan iranien. Le semis de petites feuilles dentées jeté sur l’encolure, de même que les arcatures de la base, ou le fond végétal en engobe gris, de type « fourmillant », sont également des emprunts à la Perse ilkhanide et, au delà, à la Chine des Yuan et des Ming. On notera que ces tonalités de gris et cette décoration mouchetée se remarquent à la même époque dans les vêtements ilkhanides, comme en témoigne ceux qui sont représentés dans les miniatures du Jami-i-Tawarikh (1314), ou des « petits Chanameh ».

Toutefois, l'inscription en arabe, calligraphiée en thuluth, ainsi que les deux frises en feuilles « rumî », sont étrangères à la Perse. Elles permettent d’attribuer l’ouvrage aux ateliers mamelouks d’Egypte ou de Syrie. L'analyse de la pièce en laboratoire confirme l’approche sylistique.

L’inscription est fort curieuse : « Le devin est éphémère, c’est le musc ; une absence de précipitation est pour lui la loi. Tu inclineras un pot dans lequel est répandue une pluie forte et abondante. Si le sort décide, elle est trouble, si le sort décide, elle est limpide. J’ai confié mon sort tout entier à l’aimé. S’il le souhaite, il me laissera vivre, s’il le souhaite, il causera la perte d’un ami… Et, vraiment, tu repousseras (le mal) »[1].

La vertu des substances contenues dans le récipient était souvent indiquée par des inscriptions  portées sur la panse ou sur le col. Elles étaient extrêmement métaphoriques  quand il s’agissait de guérir l’impuissance sexuelle, d'attirer la chance, ou de susciter la passion. La formulation employée ici entre dans cette dernière catégorie : le musc ayant des propriétés d’excitation bien connues.

Ces pots à inscription magique ont été très en faveur chez lez Ilkhanides, comme chez les Mamelouks au cours du XIVe siècle. La secte des Hurûfi, ceux qui sont versés dans « la science des lettres », se constitue à cette époque. Toutefois, il faut se rappeler que l'usage magique de l'écriture est en Orient un phénomène ancien. Des cruches en terre cuite, exhumées à Suse, en Iran, et datant des premiers siècles de l'islam, présentaient des parois couvertes de formules occultes en écriture arabe[2]. Ces pots avaient été intentionnellement brisés, comme si on avait voulu rompre un sort. On connaît aussi l'importance des coupes médiévales talismaniques dont la demi-sphère reprend la cosmologie des cieux.           

Par ailleurs, ces récipients en céramique glacée étaient un bon moyen de conserver les produits médicamenteux. En pays d’islam, hôpitaux et pharmacies en étaient amplement pourvus. Exportés en Occident chrétien, ils furent imités par les potiers de Malaga, de Valence et de Manisès, plus tard, par ceux de Florence et remplirent les mêmes fonctions. Quand aux vases venus d'Orient, ils furent parfois oubliés au fond des officines européennes. Ce qui leur valut d’être préservés.

NOTE

[1] Traduction par L. Kalus.

[2] Cf. La « cruche à inscriptions » du Musée du Louvre, MAO.  S. 673.

BIBLIOGRAPHIE DE L'OBJET

 

Soustiel J., La céramique islamique, le Guide du Connaisseur, p. 224-225, n° 254
Toueir K., Céramiques Mameloukes à Damas, Bulletin d'Etudes Orientales, t. XXVI, 1973
Taylor M. -B. et Kalus L., « Un vase d'apothicaire islamique », La Revue du Louvre et des Musées de France, n° 2, avril 1980



Expression #1 of ORDER BY clause is not in SELECT list, references column 'qantara.fr_index.in_poids' which is not in SELECT list; this is incompatible with DISTINCT