Qantara Qantara

Turbet al-Bey

  • Nom : Turbet al-Bey
  • Lieu : Tunis, Tunisie
  • Date/période de construction : Vers 1191 H. / 1777 J.C  
  • Matériaux de construction : Pierre taillée en grès coquillier ou en calcaire ; marbre
  • Décor architectural : Céramique ; marbre ; bois ; stuc
  • Destinataire/mandataire : Ali Bey II

Ce complexe est situé à l’extrémité sud-ouest de la médina, près de Bab al - Jazira. Il est entouré de plusieurs édifices construits sous l’ordre d’Ali Bey.

Il est composé de deux cours entourées de huit pièces couvertes chacune en coupole. Le noyau primitif est constitué par la cour encadrée par quatre portiques couverts de toitures terrasse en solives et en voliges, soulagées par des arcs reposant sur des colonnes en marbre de Carrare à chapiteaux néo-doriques. De cette cour, on accède côté sud-ouest à la salle des souverains dont les façades sont plaquées de marbre et rythmées par des pilastres sculptés de motifs italianisants et dont la particularité architecturale réside en sa couverture. Celle-ci est composée d’une coupole centrale bulbeuse adossée à quatre demi-coupoles complétées par quatre petites coupoles d’angle. La coupole centrale repose, par l’intermédiaire de pendentifs, sur quatre piliers cruciformes surmontés d’arcs en plein cintre.

Les autres pièces sont couvertes de coupoles ovoïdes ou semi-sphériques bulbeuses couvertes de tuiles posées sur des trompes d’angle ou sur des pendentifs.

L'architecture de ce monument reflète des influences ottomanes très nettes, visibles  essentiellement à travers la majestueuse coupole couvrant la chambre funéraire réservée aux Beys. Son modèle n'a d'équivalent à Tunis qu'à la mosquée de Sidi Mehrez (1675). Elle s'inspire du style des coupoles des mosquées ottomanes d'Istanbul[1].

Les éléments constituant le décor de ce monument sont très variés. Les panneaux de céramique et les panneaux en marbre des parties inférieures des murs ainsi que les décors de stuc des parties hautes offrent une variété étonnante de décors traduisant une grande faculté d'assimilation des courants étrangers. Les panneaux à rosaces et palmettes de couleur jaune et vertes sont sans doute d'origine catalane. Les chapiteaux néo-corinthiens et les encadrements des portes en marbre polychrome, dont certains sont sculptés d'un décor floral très raffiné, proviennent d'Italie et de France. La partie inférieure des murs est revêtue de carreaux de céramique de différentes couleurs à motifs floraux et géométriques. Une partie est importée d'Italie (carreaux meublés d'un oiseau multicolore provenant de Naples, Italie, aussi utilisés à Dar Hassine[2] à Tunis), tandis que l'autre est de fabrication locale (ateliers de Qallaline, Tunis). L’influence ottomane est notable dans les céramiques des ateliers de Qallaline et dans les décors de stucs des coupoles où l’on distingue des motifs de cyprès

Les motifs floraux se présentent sous forme de rinceaux agrémentés de palmettes, de fleurons et de feuilles d’acanthe jaillissant d’un vase. Les motifs animaliers se limitent à des oiseaux  et à des vautours. Quant au décor géométrique, il est constitué d'étoiles, de croissants, de formes carrées et rectangulaires. Certains panneaux sont meublés de minarets cylindriques et de motifs floraux. On peut dénombrer en totalité pas moins de 57 motifs différents. A chaque figure correspond un nom comme ennawara (la fleur), al-ganaria (l'artichaut), afsat essid (empreinte de la patte du lion)…On ne peut être plus méditerranéen.

NOTE

[1] Mosquée Slimaniyya, mosquée Ahmadiyya, mosquée du sultan Bayazit II (1501-1506)

[2] Construit au XIe s. et totalement rénové au XVIIIe s.

BIBLIOGRAPHIE DU MONUMENT

Ben Mami, M.B., Les monuments de la ville de Tunis au fil des époques : Etude historique, artistique et architecturale, à paraître.

Ben Mami, B., Les tourbas de Tunis, Tunis, Agence de mise en valeur du patrimoine et de promotion culturelle (AMVPCC), 2004, p. 30-61.

Saadaoui, A., Tunis, ville ottomane : trois siècles d’urbanisme et d’architecture, Tunis, CPU, 2001, p. 215-230.

BIBLIOGRAHIE DE REFERENCE

Vanités de faïence : entre Provence et Languedoc, carreaux de céramique espagnols, XVe-XVIIIe siècles, (cat. exp. Arles, Museon arlaten, 2000), Arles, Gémenos, 2001.



Expression #1 of ORDER BY clause is not in SELECT list, references column 'qantara.fr_index.in_poids' which is not in SELECT list; this is incompatible with DISTINCT