Qantara Qantara

Qasaba des Ûdâya (Oudayas)

  • Nom : Qasaba des Ûdâya (Oudayas)
  • Lieu : Maroc, Province de Rabat
  • Date/période de construction : 1150
  • Matériaux de construction : Pierre, pisé, brique cuite, mortier de chaux
  • Dimensions : Superficie : 4,5 ha

La qasaba des Ûdâya, premier noyau islamique de la ville de Rabat, se situe au nord-est de cette agglomération, sur une falaise dominant la côte atlantique et l’embouchure du Bouregreg. Le nom actuel du site se réfère à une tribu locale sahraouie, recrutée dans l’armée alaouite pour défendre la ville contre les tribus turbulentes de la région. L’histoire du site avant l’arrivée des Almohades est peu connue. Les auteurs anciens rapportent qu’en 1140, l’émir almoravide Tâshufîn ibn ‘Alî construisit dans l’estuaire du Bouregreg un ribât militaire et religieux qui portait le nom de Ksar Bni Targa. Des fouilles entamées aux abords de Bâb al-Kabîr ont permis d’exhumer les ruines de constructions appartenant sans doute à cette forteresse médiévale.

L’histoire de la qasaba ne commence véritablement qu’avec les Almohades. En 1150, ‘Abd al-Mu’min (r. 1130-1163), premier calife de la dynastie, ordonna la construction d’une forteresse sur la rive gauche de l’estuaire, qu’il nomma Mahdia[1]. La qasaba tint une place importante[2] jusqu’à la mort de son fondateur. Elle perdit alors de l’importance pour être finalement délaissée au profit d’une nouvelle fondation, le Ribat al-Fath de Ya‘qûb al-Mansûr.

Lorsque Philippe II expulsa les morisques d’Espagne en 1609, deux mille Hornacheros[3] s’installèrent dans la qasaba et attirèrent des milliers d’autres expulsés. Afin de s’en protéger, le sultan saadien Mawlây Zaydân les recruta dans son armée et leur confia le soin de défendre l’agglomération de Rabat-Salé. Pour cela, il les organisa militairement et les installa dans l’ancienne forteresse de ‘Abd al-Mu’min. La qasaba était très délabrée et les Hornacheros en aménagèrent l’enceinte et plusieurs autres bâtiments. En contre partie, Mawlây Zaydân leur confia la perception des droits de douane sur les marchandises dans le port. Quelques années plus tard, ils prirent leur indépendance. La qasaba devint alors la capitale d’une petite république autonome qui vit grâce au contrôle de l’entrée du port et qui se consacra entièrement à la piraterie.

L’avènement des Alaouites mit fin à l’histoire tourmentée de l’estuaire du Bouregreg. Mawlây Rashîd s’empara en 1666 de la qasaba et plaça les Hornacheros sous son autorité. Bien que la piraterie soit restée active sur les rives du Bouregreg, le sultan alaouite maintint une période de calme durant laquelle la qasaba connut de grands travaux d’extension. Mawlây Rashîd prolongea les remparts vers le sud-est et les dota de deux burj massifs. Il entama également la construction de la résidence princière dont les travaux se poursuivent sous le règne de son frère Mawlây Ismâ‘îl.

Entre 1757 et 1789, Sidi Muhammad ibn ‘Abdâllah procéda à la restauration du système défensif de la qasaba et au renforcement du port afin de protéger Rabat des incursions chrétiennes. Il se dota également d’une flotte et de troupes armées afin de maîtriser la piraterie et le commerce maritime. Cependant, la plus importante réalisation militaire fut la construction de Burj Sqala, dont l’architecte fut le célèbre Muhammad al-Inglîzî. Sous le règne du sultan Mawlây al-Yazîd (r. 1790-1792), d’autres travaux furent effectués au sein de la qasaba, notamment dans les entrepôts dominant la plate-forme du sémaphore. Enfin, Mawlây ‘Abd al-Rahmân (r. 1822-1859) y assigna à résidence un groupe de dignitaires de l’État issus de la grande tribu des nomades maaqiliens du Sahara, connus sous le nom de Ûdâya, chargés par le sultan des affaires de police, des impôts et de la gestion des affaires publiques : ils laissèrent leur nom à la qasaba.

NOTE

[1] En souvenir du mahdî Ibn Tûmart, chef spirituel des Almohades.

[2] Le sultan y séjourna fréquemment pour accueillir des délégations officielles. En outre, l’armée des Mesmuda s’y prépara activement pour la conquête de l’Andalousie.

[3] Derniers musulmans restés en Espagne après la chute du royaume de Grenade. Originaires d’un village au sud-ouest de l'Espagne du nom de Hornachos, ils furent chassés par un décret du roi Philippe II.



Expression #1 of ORDER BY clause is not in SELECT list, references column 'qantara.fr_index.in_poids' which is not in SELECT list; this is incompatible with DISTINCT