Qantara Qantara

Sainte-Sophie de Trébizonde

  • Nom : Sainte-Sophie de Trébizonde
  • Lieu : Trabzon (ou Trapézonte), Turquie
  • Date/période de construction : Entre 1238 et 1263
  • Matériaux de construction : Pierre
  • Destinataire/mandataire : Manuel Ier

Sainte-Sophie, construite entre 1238 et 1263 par l’empereur Manuel Ier, constitue l’église byzantine la mieux conservée de la ville de Trébizonde, capitale d’un Empire byzantin de Trébizonde où régna jusqu’en 1461 la dynastie fondée par Alexis Ier Grand Comnène (1204-1222)[1]. C’est un édifice légèrement allongé, couronné d’une coupole. Construite en pierre et non pas en brique, l’église révèle déjà sa couleur locale. Les Arméniens et les Géorgiens construisaient leurs églises exclusivement en pierre, comme les mosquées seldjukides du plateau anatolien. Le trait architectural le plus remarquable est constitué par les trois porches ouverts qui font saillie sur les côtés nord, sud et ouest de l’église. Ces porches modifient l’extérieur de Sainte-Sophie en l’éloignant de la tradition byzantine. Ils sont probablement empruntés à la Géorgie où ils représentent un élément courant. Le mélange de traditions hétérogènes, qui confère à ce monument son caractère particulier, se révèle de façon remarquable dans la décoration sculptée qui est relativement courante en Anatolie et dans le Caucase. Elle couvre les porches et comprend un décor ornemental aussi bien que des reliefs figuratifs qui se concentrent sur le porche sud, le plus important des trois. Un aigle et des animaux mythiques (centaure, griffon) figurent sur ce porche méridional. Sur le fronton, sous un oculus quadrilobé d’inspiration occidentale, une longue frise sculptée représente des scènes de la Genèse en lien avec l’Expulsion du Paradis. Deux longues inscriptions gravées permettent d’identifier ces scènes : la création d’Ève, la tentation d’ Ève, Adam goûtant au fruit interdit, la porte d’Éden fermée, la lamentation d’Adam et Ève, Caïn et Abel. Il est possible que le choix de cette thématique cache un message politique, l’Expulsion du Paradis symbolisant l’exil des Comnènes de Constantinople. L’histoire se déroule d’est en ouest, c’est-à-dire de droite à gauche. Est-ce une référence à la culture islamique ? L’importance de la frise se révèle dans son emplacement sur le plus grand porche.

Quatre colonnes sous la coupole sont des réemplois d’origine byzantine beaucoup plus anciens (Ve-VIe siècles). Deux colonnes du porche occidental sont coiffées de chapiteaux en rayons de miel de style seldjukide. Les deux niches qui flanquent ce porche sont ornées de muqarnas. Un grand nombre de cercles ciselés de motifs d’entrelacs, végétaux, géométriques, sont aussi de style seldjukide.

L’architecture de l’église, sa plastique décorative, mêlant des éléments artistiques chrétiens et musulmans, et sa frise de la Genèse montrent les liens qu’elle entretient avec les cultures locales, voisines de Trébizonde. L’Empire de Trébizonde entretenait des relations étroites avec ses voisins, Géorgiens, Seldjukides, Arméniens et représente un creuset de nationalités coexistant sous le mince placage de l’administration grecque. Les éléments décrits sortent des pratiques byzantines. On peut dire que Trébizonde s’insère dans la culture anatolienne qu’elle soit chrétienne ou islamique.

NOTE

[1] Il s’agit d’un des deux petits-fils d’Andronic Ier Comnène (1183-1185) qui se sont réfugiés à Trébizonde lorsque leur grand-père fut renversé en 1185. Alexis Ier Grand Comnène, qu’il ne faut pas confondre avec Alexis Ier Comnène, empereur de Byzance (1081-1118), a contribué à implanter le pouvoir byzantin sur la région de Trébizonde, séparée alors du reste de l’Empire par le sultanat seldjukide de Konya.

BIBLIOGRAPHIE DU MONUMENT

Eastmond, A., Art and Identity in Thirteenth-Century Byzantium. Hagia Sophia and the empire of Trebizond, Aldershot, Burlington, 2004, Ashgate Variorum, p. 61-96.

Rice, D. T., The Church of Hagia Sophia at Trebizond, Édimbourg, 1968, Edinburgh University Press.

BIBLIOGRAHIE DE REFERENCE

Redford, S., « Byzantium and the Islamic World, 1261-1557 », in Evans, H. C. (éd.), Byzantium : Faith and Power (1261-1557), cat. exp., New York, New Haven, Londres, 2004, Yale University Press, p. 391-392.



Expression #1 of ORDER BY clause is not in SELECT list, references column 'qantara.fr_index.in_poids' which is not in SELECT list; this is incompatible with DISTINCT