Qantara Qantara

Madrasa Mouradiyya

  • Nom : Madrasa Mouradiyya
  • Lieu : Tunis, Tunisie
  • Date/période de construction : entre 1666 et 1675
  • Matériaux de construction : Pierre
  • Décor architectural : Panneaux de céramique, marbre
  • Destinataire/mandataire : Mourad II, bey de Tunis (r.1666-1675)
  • Dimensions : 460 m²

La madrasa est érigée près de la mosquée Zitouna, zone où se déroulait la majorité de l’activité commerciale.

L’accès au monument se fait par un vestibule d’entrée coudé couvert d’une toiture terrasse et  voûté en berceau, menant à une cour dallée de pierre calcaire. Cette cour est encadrée de quatre portiques couverts de toitures en terrasse à solives,  posées sur des arcs en plein cintre outrepassés reposant sur des colonnes surmontées de chapiteaux de type hafside.

Depuis cet espace central, on accède directement, à travers des galeries, à des chambres, une salle de prière et une salle d’ablution précédée d’une courette.

La salle de prière, dont l’entrée se fait par l’intermédiaire d’une porte cintrée à claveaux bichromes inscrite dans un cadre en marbre, se déploie sur un plan rectangulaire. L’espace est réparti en deux nefs couvertes de voûtes d'arêtes et en deux travées délimitées par des colonnes surmontées d’arcs plein-cintre outrepassés. Le mur de qibla est orné de panneaux de céramique, à décor floral et géométrique, en provenance des ateliers de Qallaline et d’Italie.

L’étage renferme des pièces voûtées en berceau, sans doute des cellules destinées au logement des étudiants, dont les portes donnent sur des portiques couverts de toitures en terrasse soulagées par des linteaux reposant sur des colonnes.

La madrasa Mouradiyya offre une organisation caractéristique des madrasa tunisiennes de l'époque ottomane et de la régence de Tunis, avec un plan classique déjà présent dans les madrasa Shamma'iyya et de Youssef Dey (début du XVIIe siècle). D’autres villes tunisiennes présentent également des monuments comparables[1]. Elle annonce, par l'emploi de revêtements muraux en provenance des ateliers de  Qallaline et plus tard d'importation italienne, les madrasa  husseïnites du XVIIIe siècle (madrasa Slimaniyya, Tunis, 1754).

NOTE

[1] Kairouan, zawiyya de Sidi Abid al-Ghariani, seconde moitié du XIVe siècle et XVIIe siècle.

BIBLIOGRAPHIE DU MONUMENT

Ben Mami, M.B., Les monuments de la ville de Tunis au fil des époques : Etude historique, artistique et architecturale, Tunis (à paraître).

Ben Mami, M.B., Madāris madīnat Tūnis min al-‘ahd al-hafsī ila al-‘ahd al-husainī, Tunis, INP, 2006, p. 243-258.

BIBLIOGRAHIE DE REFERENCE

Boouruiba, R., L'art religieux musulman en Algérie, Alger, SNED, 1973.

Golvin L., Essai sur l’architecture religieuse musulmane, t. IV, Paris, Klincksieck, 1974.

Stierlin H., L'art de l'Islam en Méditerranée d'Istanbul à Cordoue, Paris, Gründ, 2005, p.148-149, 248-251. 

Maoudoud, K., Kairouan, Tunis, ANEP, 1991, p. 43-44.  

Le Maroc andalou, A la découverte d'un art de vivre, Catalogue Musée sans frontières, Amman-Aix en Provence, 2000, p. 82 sq., 91 sq.

Le Maghreb médiéval, Edisud, Aix-en-Provence, 1991, p. 121.



Expression #1 of ORDER BY clause is not in SELECT list, references column 'qantara.fr_index.in_poids' which is not in SELECT list; this is incompatible with DISTINCT