Qantara Qantara

Reliure

  • Titre / dénomination : Reliure
  • Lieu de production : Égypte, Monastère de Saint-Michel, Hamouli (Fayoum)
  • Lieu de découverte : Égypte, Monastère de Saint-Michel, Hamouli (Fayoum)
  • Date / période : IXe siècle
  • Matériaux et techniques : Papyrus, parchemin et cuir, teinture et dorure
  • Dimensions : H. : 40 cm ; L. : 30 cm
  • Ville de conservation : New York
  • Lieu de conservation : Pierpont Morgan Library.
  • Numéro d'inventaire : M 569.

Cette reliure appartient à un groupe d’une soixantaine de manuscrits coptes découverts en 1910 dans les ruines de la bibliothèque du monastère de Saint-Michel à Hamouli (Fayoum). Les communautés monastiques, particulièrement nombreuses dans cette région, accueillaient fréquemment dans leur enceinte une scriptoria. C’était probablement le cas du monastère de Saint Michel. Tous les manuscrits découverts en 1910 furent acquis par le collectionneur Pierpont Morgan en 1911. Ils sont conservés depuis dans sa bibliothèque new-yorkaise.

Cette pièce servait d’écrin à un évangéliaire rédigé en copte sur parchemin. Le manuscrit, bénéficiant aujourd’hui d’une nouvelle reliure, est quasiment intact : seules manquent quatorze pages de l’Evangile de Luc, tandis que les trois autres sont complets.

Grâce aux conditions optimales de conservation dues au climat égyptien, cette pièce est particulièrement bien conservée, et constitue un des plus anciens exemples de reliure parvenu jusqu’à nous. Celle-ci est composée de deux cartonnages de papyrus de récupération couverts de peau de chèvre. Les plats étaient réunis verticalement par cinq attaches ; l’ouvrage était maintenu fermé grâce à des liens de cuir. Ces matériaux et ces principes techniques étaient également usités à la même époque pour la fabrication de reliures en contexte islamique. Il est intéressant de noter que la fabrication des reliures coptes et islamiques suit une évolution parallèle au cours des siècles : dès le XIe siècle, on peut ainsi observer la généralisation d’un type de reliure à rabat latéral, utilisé simultanément dans les deux sphères culturelles et religieuses[1].

Le décor externe des deux plats est imprimé sur du cuir rouge perforé laissant apercevoir une couche sous-jacente de parchemin doré. La composition du décor est soulignée par de fins bandeaux où les perforations dessinent un motif où alternent des zones rouges et dorées.

Deux croix insérées l’une dans l’autre prennent place dans un entrelacs de lignes dessinant des motifs variés de cercles et de demi-cercles. Ce grand motif central est encadré par quatre écoinçons meublés chacun d’un fleuron. Deux bandeaux horizontaux occupent le haut et le bas des plats, accueillant respectivement un motif d’enroulements circulaires et une juxtaposition de motifs de fleurs, de lignes géométriques brisées et de croix pattée inscrits dans de petits cartouches carrés.

La croix, motif chrétien par excellence, est utilisée depuis l’époque paléochrétienne, particulièrement dans la sculpture funéraire[2]. Son usage perdura naturellement dans l’iconographie copte aux époques suivantes.

Quant  au décor, son étude mène naturellement à la même observation que celle concernant les techniques de reliure : une communauté certaine de styles et de motifs apparaît entre les deux entités culturelles. La composition à motif central circulaire et écoinçons n’est pas sans évoquer les ouvrages islamiques qui, d’Orient jusqu’en Occident, adaptèrent largement ce schéma dont le succès fut tel qu’il influença les productions de reliures italiennes de la Renaissance[3] et l’art de la reliure française au XVIIe siècle[4]. Les motifs et les entrelacs géométriques ainsi que les motifs végétaux (fleurs et fleurons) font également partie intégrante du répertoire des arts de l’Islam, tant dans l’art du livre que dans d’autres secteurs des arts décoratifs.

NOTE

[1] Reliure des Liturgies de Saint Basile et Saint Grégoire de Nazianze, Egypte, XIVe s., cuir à décor estampé, Paris, Bibliothèque Nationale de France, Manuscrits orientaux, Copte 39. ; Reliure de l’Information de l’homme sans instruction au sujet des enfants du siècle, Egypte, XVè s., cuir à décor estampé et doré, Paris, Bibliothèque Nationale de France, Manuscrits orientaux, Arabe 1604.

[2] Sarcophage à décor de paons et de monogrammes du Christ, marbre sculpté, Ravenne ou Constantinople, Vè siècle, Ravenne, église Saint-Apollinaire-in-Classe, inv SN. RMN Moyen Age, p.25 n°7.

[3] Voir à ce propos la fiche concernant le plat de reliure de l’Opera de Virgile (Italie, Venise, 1460), exemple frappant de l’influence de la reliure islamique sur l’Europe.

[4] Reliure de Le Gascon, France, 1630, cuir maroquin rouge, décor doré à l’éventail, Chantilly, musée Condé.

BIBLIOGRAPHIE DE L'OBJET

L’art copte en Égypte, 2000 ans de christianisme, (cat.exp., Paris, Institut du monde arabe, 2000), Paris, IMA / Gallimard, 2000, p. 67, n° 41.

BIBLIOGRAHIE DE REFERENCE

Boud’hors, A., « L’écriture, la langue et les livres », in L’art copte en Égypte, 2000 ans de christianisme, (cat.exp., Paris, Institut du monde arabe, 2000), Paris, IMA / Gallimard, 2000, p. 52-57.

Déroche, F., « La reliure », in Manuel de codicologie des manuscrits en écriture arabe, Paris : Bibliothèque Nationale de France, 2000, p. 275-326.



Expression #1 of ORDER BY clause is not in SELECT list, references column 'qantara.fr_index.in_poids' which is not in SELECT list; this is incompatible with DISTINCT