Qantara Qantara

La châsse de Saint Siméon

  • Titre / dénomination : La châsse de Saint Siméon
  • Auteur : François de Milan (Franjo iz Milana)
  • Lieu de production : Zadar, Dalmatie, Croatie
  • Date / période : 1380
  • Matériaux et techniques : Argent repoussé, dorure
  • Dimensions : 1,92 m x 0,625 m x 1,27 m
  • Ville de conservation : Zadar
  • Lieu de conservation : L’église Saint Siméon

 

Sur l’autel principal de l’église Saint Siméon à Zadar est exposée la châsse de Saint Siméon, œuvre monumentale de l’orfèvrerie médiévale croate. Cette châsse est une commande de la reine Élisabeth afin d’abriter le corps du vieillard Siméon, prophète qui prit l’Enfant Jésus dans ses bras lors de sa présentation au Temple. Outre sa valeur purement artistique, la châsse de Saint Siméon est d’une importance capitale pour la connaissance de l’histoire de Zadar et de son rôle politique en Méditerranée. L’étude de son décor permet également de nous renseigner sur la vie au Moyen Age.

Au cours de la deuxième moitié du XIVe siècle, la cité de Zadar, est alors quasiment indépendante, et du fait de sa prospérité économique et culturelle, se trouve au centre d'intérêts politiques animés par l'ambitieux Roi de Naples, Louis Ier d’Anjou[1] dont le royaume est alors le plus puissant État situé entre le Saint Empire germanique et Byzance. Voulant renforcer ses liens avec l'Europe occidentale et développer une politique méditerranéenne, Louis Ier d’Anjou attribue à Zadar un rôle clé entre ses possessions en Italie méridionale et l’État polonais-hongrois-croate sur lequel il règne.

Les modalités de la commande de la châsse nous sont connues grâce à un document daté du 5 juillet 1377 à Zadar. Le commanditaire de la châsse est la femme de Louis Ier d’Anjou, la reine Élisabeth, dont le rôle politique après la mort du roi revêtira une grande importance.

Le document mentionne le maître d’œuvre, l’orfèvre François de Milan, et révèle les techniques employées pour l’exécution de la châsse. Il y est également précisé que la reine a donné environ 250 kg d’argent qui ont permis la réalisation du riche décor qui occupe toute la surface de la châsse.

La châsse, rectangulaire, est surmontée d’un toit à pignons dont le front est dominé par le gisant de Saint Siméon exécuté en haut-relief. Treize reliefs narratifs occupent les autres surfaces de la châsse dont la plupart présentent des miracles du saint. Le champ central de la face arrière contient la dédicace avec la signature de l’orfèvre et indique l’an 1380, année où la châsse a été terminée. Les trois scènes occupant la plaque avant présentent respectivement l’arrivée du corps du saint au cimetière d’un monastère suburbain de Zadar après avoir été transporté de Constantinople ou de Palestine, La Présentation au Temple[2] et l’arrivée du roi Louis Ier d’Anjou à Zadar, scène pratiquement contemporaine de l’exécution de la châsse, qui nous informe sur les costumes et les remparts de la ville. La composition des scènes, et notamment La Présentation au Temple est proche des fresques de l’artiste à la Chapelle des Scrovegni à Padoue. Les scènes présentant le milieu local témoignent de l’habilité et de la créativité de l’orfèvre.

Les scènes sont séparées par de petites colonnes surmontées de petites têtes d‘anges réalisées durant la restauration de la châsse en 1630 par deux orfèvres, Piazzalonga et Libani. À l’intérieur de la châsse se trouve le relief représentant, entre autre, les saints patrons de Zadar exécutés en 1497 par l’orfèvre Martinić de Zadar. L’intérieur de la châsse contient aussi quelques offrandes votives dont la plupart ont probablement été offertes par la reine Élisabeth.

L’œuvre de François de Milan, influencée par les innovations techniques de Giotto témoigne du rôle de carrefour des arts et des artistes de la ville de la côte dalmate.

NOTE

[1] Louis Ier, comte, puis duc d’comte, puis duc d’AnjouAnjou, roi titulairroi titulaire de Naplese de Naples, (né à Vincennes le 23 juillet 1339 – mort au château de Biseglia, près de Bari enItalie, le 20 septembre 1384), il est le deuxième fils de Jean le BonBonne de Luxembourg.

[2] La Présentation au temple est relatée dans l'Évangile selon Luc (Lc 2, 22s), en réponse au commandement « Tout mâle premier-né sera consacré au Seigneur » (Ex 13:2, 11-13)

 

BIBLIOGRAPHIE DE L'OBJET

Petricioli I., Artistic innovations on the silver shrine of St. Simeon in Zadar, dans: Hortus artium medievalium, vol. II, Zagreb - Motovun, 1996, pp. 9-17

Petricioli I., Škrinja Svetog Šimuna u Zadru, Zagreb, 1983



Expression #1 of ORDER BY clause is not in SELECT list, references column 'qantara.fr_index.in_poids' which is not in SELECT list; this is incompatible with DISTINCT