Qantara Qantara

Deux feuillets de coran

  • Titre / dénomination : Deux feuillets de coran
  • Lieu de production : Kairouan, Tunisie
  • Lieu de découverte : Maqsûra de la Grande Mosquée de Kairouan
  • Date / période : 903 H. / 1498
  • Matériaux et techniques : Papier ; encre noire, pigments
  • Dimensions : H. : 25,5 cm ; l. : 19,5 cm
  • Ville de conservation : Kairouan
  • Lieu de conservation : Musée des arts islamiques, Raqqada
  • Numéro d'inventaire : Rutbi 191
  • Inscription :

    Inscription en écriture maghrébine sur sept lignes, dont la sourate «al  Zumar », (v.32) et la sourate « Qâf », (v.19-21).

La collection qui appartenait à la Grande Mosquée de Kairouan fut transférée à  la Bibliothèque Nationale de Tunis où elle fut conservée pendant seize ans avant d'être déposée en 1983 au musée de Raqqada.                                                                   

Ces deux feuillets sont tirés d’un coran copié sur papier. Au recto du premier feuillet se trouve l'acte de constitution en legs de l’ouvrage au profit de la Grande Mosquée de Kairouan par le sultan hafside Muhammad al-Hasan au début du  mois de sha'bân 903 H. (1498). 

Le début de la sourate copiée au verso est inscrit dans un cadre doré comportant une écriture kufique déclinant le nom de la sourate et le nombre de ses versets. L’écriture noire est en graphie maghrébine. Elle se distingue par des lettres arrondies ne respectant pas les normes paléographiques fixes. Les signes orthographiques sont notés selon la méthode développée par al-Khâlil ibn Ahmad. Les voyelles sont marquées en rouge. Le sukun est indiqué par un cercle bleu, la shaddah est bleue. La hamza et la hamzat al-wasl sont respectivement indiquées par un point jaune et un point vert, conformément à une graphie attestée dans les corans maghrébins depuis au moins le Xe siècle.
La fin du verset est marquée par une rosace dorée trilobée alors que le dixième verset est signalé par un cercle doré entouré de points équidistants.

Ce coran présente un prototype de l'écriture maghrébine, qui fut en vogue au Maghreb et en Espagne à partir du XIIe siècle. L'écriture, la dorure, l'enluminure, la marque des voyelles, la division en versets présentent une analogie frappante avec d'autres corans rédigés au Maroc, en Algérie ou en Andalousie, reflétant ainsi l'unité intellectuelle de cette aire géographique à partir de l'époque almohade[1]. Remarquons que, contrairement au début de l'époque almohade où les corans étaient de format « à l’italienne », les maghrébins vont opter vers la fin de cette période pour le format « à la française », qui se perpétuera jusqu'à l'époque contemporaine. La décoration des titres de la sourate, tout en s'inspirant des corans maghrébins de l’époque, conserve une certaine parenté décorative avec le répertoire des corans des IXe-XIe siècles. Il s’en distingue cependant par l’utilisation de motifs floraux élaborés et élégants inspirés du répertoire décoratif hispano-mauresque. Les titres des corans maghrébins étaient aussi ornés que ceux des corans orientaux contemporains d’Égypte mamluke.

NOTE

[1] Ces corans sont conservés à la bibliothèque al-Karawiyyn à Fès (Maroc), à la bibliothèque royale à Rabat (Maroc), à la Bibliothèque Nationale de Tunis (Tunisie), à la Bibliothèque nationale de France à Paris (France) et à la British Library à Londres (Angleterre).

BIBLIOGRAPHIE DE L'OBJET

Tunez, Tierra de culturas, (cat. exp., Barcelone, 2003), Valence, 2003, IEMed, p. 224.

BIBLIOGRAHIE DE REFERENCE

Barrucand, M., « Les enluminures de l'époque almohade », in Los al-Mohade : Problemas et perspectivas, Estudios arabes et islamicos, vol. 1, Madrid, 2006, Consejo superior de investigaciones cientificas, p. 71-121.

Chabbouh, B., Le Manuscrit. Chefs d'œuvre de la Bibliothèque Nationale de Tunis, (cat. exp., Tunis, Bibliothèque nationale, 1989), Tunis, 1989, éditions Alif.

Lings, M., Safadi, H.F., The Quran, (cat. exp., Londres, British Library, 1976), Londres, 1976, The World of Islam publishing company.

Les Andalousies, de Damas à Cordoue, (cat. exp., Paris, Institut du monde arabe, 2000), Paris, 2000, Institut du monde arabe, Hazan, p. 157.



Expression #1 of ORDER BY clause is not in SELECT list, references column 'qantara.fr_index.in_poids' which is not in SELECT list; this is incompatible with DISTINCT