Qantara Qantara

La croix-reliquaire de Justin II

« crux vaticana »

  • Titre / dénomination : La croix-reliquaire de Justin II
  • Lieu de production : Constantinople
  • Lieu de découverte : Rome
  • Date / période : Vers 568-74, art paléochrétien
  • Matériaux et techniques : Argent doré sur bronze et pierres précieuses. La base est moderne.
  • Dimensions : 40,7 x 31,5 cm
  • Ville de conservation : Rome
  • Lieu de conservation : Cité du Vatican, trésor de Saint Pierre
  • Inscription :

    LIGNO QUO CHRISTUS HUMANUM

    SUBDIDIT HOSTEM

    DAT ROMAE IUSTINUS OPEM ET SOCIA

    DECOREM

Bien qu'aucune source ne nous soit parvenue en ce qui concerne l'origine de cette croix, le style et l'inscription dédicatoire indiquent qu'il s'agit d'un présent impérial de l'empereur byzantin Justin II et de sa femme, Sophia, à la ville de Rome. Elle fut sans doute confiée au Pape Jean III (561-74). Elle sert aussi de reliquaire et contient un morceau du bois de la Vraie Croix dont elle est le symbole. 

Cette croix est typiquement de forme et de style protobyzantin. Elle est faite en bronze recouvert d'argent doré (comme l'ont révélé les rayons x).

Le revers est serti de quarante pierres semi-précieuses dont quatre suspendues à de petites chaines au bras horizontal de la croix. Au centre de la croix, on peut voir une capsule qui contient la relique.

L'inscription latine qui se lit de haut en bas, et ensuite en travers, est composée de deux hexamètres.

Le revers de la croix est orné d'images travaillées au repoussé. Dans le médaillon circulaire à l'extrémité du bras supérieur de la croix, est représenté le buste du Christ barbu, nimbé, qui tient les évangiles et bénit de sa main droite. Le second portrait du Christ en bas de la croix est similaire sauf qu'il tient une croix de sa main gauche. Les deux autres médaillons circulaires à l'extrémité du bras horizontal de la croix sont des portraits de Justin II à gauche et de l'impératrice Sophia à droite. Les deux sont vêtus des habits impériaux et des couronnes gemmées appelées pendulia ; ils sont en position d'orants ce qui traduit leur dévotion au Christ. Le bras horizontal est orné de rinceaux végétaux de feuilles d'acanthes et le bras vertical est décoré de représentations de l'arbre de vie du paradis, un motif très populaire dans l'art et la littérature byzantines. Dans le médaillon central, on reconnaît l'agneau de Dieu.

La raison de ce présent impérial est incertaine. L'inscription ne nous donne aucune indication quant à savoir si cette croix est une offrande votive offerte au siège de Saint Pierre. En revanche, il est spécifié qu'elle fut donnée pour la ville de Rome. Au moment où l'Italie est régulièrement assaillie de toutes parts par les barbares, l'empereur byzantin aurait voulu manifester son soutien à la ville et invoquer l'aide divine.

Cette croix a subi de nombreuses restaurations au cours des siècles. Mais les historiens de l'art ne sont pas d'accord quant à savoir jusqu'à quel point elle fut restaurée.

Certains pensent que l'inscription est le résultat d'une restauration du Xe siècle, cependant la forme  latine des lettres utilisées est la même que celle utilisée à Constantinople à la fin du VIe siècle. Le médaillon central avec l'agneau et les zigzags en filigrane tout autour sont certainement des rajouts plus tardifs. Selon une source contemporaine, la croix a été gravement endommagée durant le sac de Rome en 1527, quand la ville fut pillée par les troupes de Charles V. On a découvert récemment un document qui révèle que le pape Paul III ordonna sa restauration en 1535, et c'est à cette époque que de nombreuses gemmes furent remplacées. Enfin, la capsule qui contient la relique a été remplacée sous la papauté de Pie IX (1846-78).

BIBLIOGRAPHIE DE L'OBJET

Picturing the Bible: the earliest christian art., New York, catalogue d'exposition, 2007

Ebersolt J., Art somptuaire de Byzance, Paris, 1923



Expression #1 of ORDER BY clause is not in SELECT list, references column 'qantara.fr_index.in_poids' which is not in SELECT list; this is incompatible with DISTINCT