Qantara Qantara

Margelle de puits

  • Titre / dénomination : Margelle de puits
  • Lieu de production : Espagne, al-Andalus
  • Lieu de découverte : Espagne, Cordoue, couvent Sainte-Marthe
  • Date / période : XIVe-XVe siècle ?
  • Matériaux et techniques : céramique argileuse ; décor gravé et estampé sous glaçure transparente
  • Dimensions : H. 99 cm ; D. 69 cm
  • Ville de conservation : Cordoue
  • Lieu de conservation : Museo Arqueológico y Etnológico
  • Numéro d'inventaire : CE 000596

Cette margelle a été découverte, à demi-enterrée, dans un des patios du couvent Sainte-Marthe de Cordoue. De là, elle est passée aux collections du Museo Arqueológico de Cordoue. Elle est en bon état de conservation.

Des margelles se trouvaient dans les patios des maisons d’al-Andalus et dans certains édifices publics et religieux. Leur usage ne se limite pas aux territoires appartenant au domaine islamique, il a été transmis à l’Espagne chrétienne. L’utilisation de margelles en céramique ne s’est éteinte que récemment. Tout comme celles maçonnées, encore en usage, elles facilitaient l’extraction de l’eau des puits. On observe les traces de la corde sur le rebord de bon nombre d’entre elles.

Cette margelle de forme octogonale est évasée vers le bas, ce qui lui donne une plus grande stabilité. La bouche et la base sont matérialisées par d’épaisses moulures de section semi-circulaire. Le décor gravé et estampé de la face extérieure est entièrement recouvert d’une glaçure verte dont on trouve aussi quelques traces sur les parois internes. Il s’inscrit dans plusieurs registres horizontaux superposés de largeurs inégales. Sous la lèvre, on observe une rangée de « clous » godronnés rappelant l’art du métal et dont il existait déjà des exemples en céramique à l’époque du Bronze récent à Ras Shamra (Syrie)[1] et à l’époque abbasside[2]. Au-dessous, une étroite frise d’arcs polylobés est surmontée d’une rangée de merlons évoquant l’architecture. Dans le registre suivant, à décor géométrique, alternent un grand cercle enserrant des étoiles et des cercles plus petits, et quatre cercles de différentes dimensions meublés de fleurons et d’étoiles. Des animaux fabuleux et des tiges souples se glissent entre ces cercles. Dans la partie inférieure se déroule une large frise de grands arcs polylobés (deux sur chaque panneau). Enfin, un turban étroit enfermant deux rangées de résille losangées ceint la partie médiane.

Selon les auteurs, la datation de cette margelle varie du XIIe au XVe siècle[3]. Les conditions précises de sa découverte, qui remonte au XIXe siècle, dans le patio de ce couvent fondé au XVe siècle, nous sont inconnues. On peut donc difficilement en tirer des indices pour dater la pièce. Sa forme, ainsi que la technique décorative employée, la rapprocheraient davantage des XIIe-XIIIe siècles, mais il est possible que ces caractéristiques aient perduré dans les productions postérieures.

Le Museo Arqueológico de Cordoue conserve de nombreuses margelles en pierre et en céramique. Ces dernières présentent des décors variés : estampé sous glaçure (ou sans glaçure), cuerda seca partielle… L’une d’entre elles porte aussi des clous godronnés sous glaçure[4]. Par ailleurs, plusieurs margelles à décor estampé sous glaçure, dont plusieurs sont attribuées à l’époque almohade, ont été découvertes à Ceuta[5] (Espagne), à Salé et à Taza (Maroc)[6].

NOTE

[1] Paris, musée du Louvre, département des Antiquités orientales, inv. 81 AO 640.

[2] Voir par exemple le fragment inv. 7377 conservé au Benaki Museum d’Athènes, publié dans : Philon, H., Early Islamic Ceramics, Londres : Islamic Art Publication/ Sotheby, 1980, p. 10.

[3] À ce sujet, voir en particulier ce qui est dit dans : Ibn Khaldun.The Mediterranean in the 14th century. Rise and Fall of Empires , 2006, p. 232.

[4] Cordoue, Museo Arqueológico y Etnológico, inv. CE013163.

[5] Margelle de puits, Tétouan, Musée archéologique, inv. 84.01.693.

[6] Delpy, A., 1955.

BIBLIOGRAPHIE DE L'OBJET

Jordano Barbudo, M., El Mudéjar en Córdoba, Cordoue : Diputación de Córdoba : « Estudios Cordobeses», 2002, p. 252.

Ibn Khaldun. The Mediterranean in the 14th century. Rise and Fall of Empires, (cat. exp., Séville, Real Alcázar, 2006), Séville : Fundación El Legado andalusí /Fundación José Manuel Lara, 2006, p. 232-233.

BIBLIOGRAHIE DE REFERENCE

Delpy, A., « Note sur quelques vestiges de céramique recueillis à Salé » in Hespéris, t. 42, 1955.



Expression #1 of ORDER BY clause is not in SELECT list, references column 'qantara.fr_index.in_poids' which is not in SELECT list; this is incompatible with DISTINCT