Qantara Qantara

Icône bilatérale

  • Titre / dénomination : Icône bilatérale
  • Lieu de production : Liban
  • Lieu de découverte : Monastère de Kaftoun, région de Batroun, Liban
  • Date / période : XIe ou XIIIe siècle
  • Matériaux et techniques : Bois ; décor peint a tempera sur enduit
  • Dimensions : H. 111 cm ; L. 80 cm
  • Ville de conservation : Kaftoun
  • Lieu de conservation : Monastère de Kaftoun
  • Numéro d'inventaire : s.n.
  • Inscription :

    en syriaque, grec et arabe

Cette icône porte sur une face la Vierge Hodighitria[1], et sur l’autre le baptême du Christ. La figure de la Vierge occupe presque toute la surface du panneau ; elle tend la main droite vers  l’Enfant qu’elle porte sur le bras gauche. Celui-ci tient dans sa main gauche le rouleau des Écritures et fait de sa main droite le geste de bénédiction. Dans les médaillons des angles supérieurs, deux anges en buste s’inclinent vers la Vierge.

Sur l’envers de l’icône, le Christ entièrement nu reçoit le baptême. À sa droite, saint Jean-Baptiste regarde la colombe qui descend du demi-cercle céleste ; il pose une main sur la tête du Christ pour le baptiser, et de l’autre il fait le geste de l’intercession. À gauche du Christ se trouvent les six anges « protoctistes ». Le roi David, placé en haut à gauche, tient un parchemin sur lequel sont écrits en arabe des extraits de psaumes, et à droite, le prophète Isaïe tient un phylactère portant une inscription en syriaque, également des extraits de psaumes. En bas à gauche, un vieillard accroupi portant une amphore représente le Jourdain. Le titre de l’icône, « le Baptême », est écrit en grec dans la partie supérieure, au centre de l’icône. Les titres des personnages sont également indiqués en grec.

D’autres icônes bifaces datées du XIVe siècle sont connues, comme celles de la collection du Musée byzantin d’Athènes et celle du monastère de Chalké à Istanbul.  Mais la date de l’icône de Kaftoun fait l’objet d’interprétations divergentes. Tous les chercheurs semblent d’accord pour dater le « Baptême du Christ » du XIIIe  siècle, notant en particulier que la présence de plusieurs langues dans une seule scène est un phénomène connu dans la peinture murale du XIIIe siècle de la région syro-libanaise.  La datation de la Vierge est quant à elle plus incertaine. D’aucuns l’attribuent aussi au XIIIe siècle en vertu de certains éléments stylistiques particuliers, comme ses traits et ses couleurs, qui rattacheraient l’icône à l’art byzantin développé en Méditerranée orientale à l’époque des Croisés, et en particulier aux icônes chypriotes. 

Une date antérieure a été proposée d’après l’analyse du décor du cadre en relief de l’icône, constitué de médaillons contenant des motifs d’animaux fantastiques comme le senmurv, créature ailée avec une tête de chien, des pattes griffues et une queue de paon d’origine sassanide et intégrée dans l’art islamique. Ces figures animales dénoteraient une influence Seljukide et plaideraient donc pour une attribution à l’Anatolie du XIe ou du XIIe siècle. En comparant à l’icône de Kaftoun une icône en mosaïque datée vers 1065, des chercheurs ont aussi établi une affinité stylistique avec l’art pictural byzantin des débuts de la dynastie des Comnènes (1081-1185).

Une inscription votive en arabe, gravée sur le revêtement métallique des nimbes, indique que l’icône a été offerte en waqf au monastère Notre-Dame de Kaftoun en 1804.

NOTE

[1] Littéralement « celle qui montre le chemin ». Cette appellation, à l’origine liée à une icône particulière réputée « non faite de main d’homme », sert plus largement à désigner un type iconographique de Vierge à l’Enfant.

BIBLIOGRAPHIE DE L'OBJET

De la Croix, Mère A.M., Icônes arabes, mystères d’Orient, cat. exp., Méolans-Revel, 2006, Éditions Grégoriennes, p. 19-27.

Helou, N., « L’icône bilatérale de la vierge de Kaftoun au Liban : une oeuvre d’art syro-byzantin à l’époque des croisés », Chronos, 7, 2003, p. 101-131.

Icônes arabes, art chrétien du Levant, cat. exp., Paris, Méolans-Revel, 2003, Éditions Grégoriennes, p. A15-A16.

Icônes du Liban, cat. exp., Paris, 1996, p. 21-27.

Mouawad, R. J., « Les mystérieux monastères de Keftûn au Liban à l’époque médiévale (XIIe-XIIIe siècles) : maronite et/puis melkite ? », in Annales d’Histoire et d’Archéologie, vol. 12-13, 2001-2002, p. 95-113.



Expression #1 of ORDER BY clause is not in SELECT list, references column 'qantara.fr_index.in_poids' which is not in SELECT list; this is incompatible with DISTINCT