Qantara Qantara

Céramiques à décor zoomorphe

  • Titre / dénomination : Céramiques à décor zoomorphe
  • Lieu de production : Algérie, Qal‘a des Banu Hammad
  • Lieu de découverte : Algérie, Qal‘a des Banu Hammad
  • Date / période : XIe – XIIe siècle
  • Matériaux et techniques : Pâte argileuse ; décor peint sur engobe sous glaçure transparente, rehauts de glaçure colorée
  • Dimensions : D. n°1 : 5 cm ; n°2 : 12 cm ; n°3 : 13,5 cm
  • Ville de conservation : Sétif
  • Lieu de conservation : Musée national de Sétif
  • Numéro d'inventaire : n°1 : KH.68.6 ; n°2 : KH. 68.4 ; n°3 : KH. 68.5

Ces trois tessons au dessin brun rehaussé de vert sont les rares témoins de ce type de production dans la capitale des Hammadides. Par leur couleur et le traitement « guilloché » de leur décor, ils évoquent les productions Ifriqiyennes de l’époque des Zirides.

Sur le premier fragment se développe une gazelle élégante, dont seul l’avant du corps est conservé. De longues oreilles projetées en arrière surmontent une tête placée sur un long cou, son corps galbé au décor finement « guilloché » est supporté par deux pattes d’une extrême finesse balancées dans un mouvement en avant[1].

Le second fragment, plus énigmatique, pourrait représenter l’attaque d’une gazelle par un faucon. Leurs cous s’entrecroisent, la tête de l’oiseau stylisé au bec crochu touche le museau de la gazelle, aux oreilles dressées. La taille du cou du quadrupède et la petitesse de sa tête pourraient donner à penser qu’il s’agit d’une girafe, animal prisé des ménageries des princes musulmans et que l’on rencontre sur des céramiques et des peintures contemporaines[2].

Le troisième fragment de style assez différent montre un paon dont la tête expressive est surmontée d’une huppe en forme de fleuron dont le centre est guilloché, comme son corps qui s’agrémente d’un bandeau épigraphié en kufique. Seul est conservé le départ de sa queue, au plumage représenté par des compartiments au décor de spires.

Ces sujets sont fréquents dans l’iconographie islamique : le décor de gazelle et de faucon, où l’un est chassé et l’autre chasseur, incarnent l’élégance et la force de la nature. Thématique récurrente dans le monde iranien ancien, on la rencontre dès l’époque omeyyade. Elle fut également beaucoup développée dans le Khorassan et en al-Andalus, ainsi que sous les Fatimides. Des aquamaniles ou aiguières zoomorphes en alliage cuivreux montrent des anses qui prennent souvent la forme de faucons attaquant l’animal du récipient ; on retrouve aussi ces combats d’animaux sur de nombreux ivoires comme sur les bras de croix du Louvre[3] où des faucons surmontent des gazelles et des griffons. Un fragment de verre lustré fâtimide présente une gazelle en fuite[4], peut être poursuivie par un prédateur. On rencontre aussi des parallèles à Carthage (Tunisie), un plat de Mertola (Portugal), un plat de Dénia (Espagne) et bien d’autres exemplaires de la céramique vert et brun du Bassin méditerranéen.

Quant au paon dont la symbolique varie selon les zones culturelles, il est très apprécié pour l’exubérance de son plumage et sa marche qui ne manque pas de noblesse. En Iran, il accompagne le souverain ; en Inde, c’est un motif solaire ; dans le monde chrétien, il est l’image de l’immortalité, symbole christique, sa chaire était considérée imputrescible. Ses représentations sont nombreuses, sur des supports variés : métal[5], céramique[6]. Fréquentes sur des plats abbassides et fatimides, il y est associé à une épigraphie et un décor floral. On retrouve des similitudes avec le tesson de la Qal‘a dans les productions de certaines villes d’Ifriqiya et d’Espagne musulmane, ainsi que dans les productions du Midi méditerranéen au XIVe siècle. La coupe au paon de Madinat al-Zahra[7] montre l’animal de profil, l’œil de face, la pupille marquée, l’aigrette sur la tête et la queue rassemblée.

Les coffrets d’ivoire produits en Sicile ou en Italie du Sud en contexte chrétien, héritiers des techniques et de l’iconographie fatimides, reprennent également avec vivacité ces thèmes du paon et des combats d’animaux (lion ou faucon attaquant des gazelles)[8].

Dans la céramique dite « en vert et brun » qui essaime dans toute la Méditerranée, les représentations des quadrupèdes sont très appréciées, notamment pendant les Xe et XIIe siècles marqués par l’introduction d’un art oriental influencé par le monde iranien.

NOTE

[1] Un tesson très similaire, représentant l’avant d’un petit âne sur un fond guilloché, est conservé à Paris au musée du Quai Branly (inv. 14873).

[2] Plat à la girafe, Athènes, musée Bénaki, n° 749 et Kitâb al-Hayawân, New York, Pierpont Morgan Library.

[3] Bras de croix pattée, Espagne, atelier mozarabe, fin du Xe - début du XIe siècle, ivoire sculpté, Paris, musée du Louvre, département des Objets d’Art, 5944 et 5945.

[4] Fragment de verre orné d’une gazelle, Égypte, XIe siècle, Le Caire, Musée d’Art islamique, n°163.

5 Paon-aquamanile, Espagne, 972 ?, Paris, musée du Louvre, département des Arts de l’Islam, inv. MR 1569, dont le poitrail est barré d’un bandeau d’inscription similaire à celui du tesson.

[6] Coupe lustrée au paon, Irak ou Égypte, fin Xe siècle, Paris, ancienne Collection Croisier, inv. C-M3.

[7] Coupe au paon, Madînat al-Zahrâ’, Xe siècle, Cordoue, Museo arqueologico, inv. MA/MV/1104.

[8] Coffret à couvercle pyramidal, Italie du Sud ou Sicile, XIe-XIIe siècle, Berlin, Museum für Islamische Kunst, inv.K 3101 (second médaillon en partant de la gauche) et coffret, Sicile, XIIIe siècle, Koweït, Collection al-Sabah, Dar al-Athar al-Islamiyyah, inv. LNS21.

BIBLIOGRAPHIE DE L'OBJET

Fragment n° 1 : Djellid, A., « Al ta’thirât al fatimîya ala al khazef al zîri wa al hamâdi » , in Les Kotamas et la civilisation fatimide (cat. exp., Alger, Palais de la culture Moufdi Zakariya, 2006 - 2007), Alger : 2007, p.78.

Fragment n° 2 : Golvin, L., Recherches archéologiques à la Qal’a des Banû Hammâd, Paris : G.-P. Maisonneuve et Larose, 1965, p. 223, n° 1, Pl. LXXXII.

Fragment n° 3 : Djellid, A., « Al khazef al islamî fî al maghrib al awsat ma-bayn al qarnayn 3H- 8 H. » , in Les grands centres urbains du Maghreb central (cat. exp., Alger, Centre des arts et de la culture Bastion23, 2007), Alger :2007, p. 261.

BIBLIOGRAHIE DE REFERENCE

Bourouiba, R., « Les représentations figurées dans l’art hammâdide », in Revue d’histoire et de civilisation du Maghreb, n°12, p. 7-23.

Cano Piedra, C., La Ceràmica verde-manganeso de Madinat al-Zahra, Grenade: El Legado andalusi, 1996.

Ferron, J. ; Pinard, M., Les fouilles de Byrsa 1953-1954, Cahiers de Byrsa, Paris : Librairie orientaliste P. Geuthner, 1955.

Golvin, L., Recherches archéologiques à la Qal'a des Banû-Hammâd, Paris : G.-P Maisonneuve et Larose, 1965.

Gómez Martínez, S., « Catálogo da cerâmica », in Museu de Mértola : Arte Islâmic, Mértola : S. Macias, p.108-109.

Jenkins, M., « Western islamic influences on Fatimid Egyptian iconography », in Kunst des Orients, Wiesbaden : Steiner, X., 1975, p. 91-107.

Marçais, G., Les poteries et faïences de la Qal‘a des Benî Hammâd (XIe siècle) : contribution à l’étude de la céramique musulmane, Constantine : D. Braham, 1913.

Mouliérac, J., Céramique du monde musulman : collection de l’Institut du monde arabe et de J.P. et F. Croisier, Paris : Institut du monde arabe, 1999, p. 58.

Rossello Bordoy, G., « Elementos decorativos en la ceramica arabe de los siglos X y XI », in Actas de las jornadas de cultura arabe islamica, Madrid : Instituto arabe de Cultura, 1978.

Vitelli, G., Islamic Carthage : the archéological, historical and ceramic evidence, Carthage: Centre d’Etudes et de Documentation Archéologique de Carthage, Dossier 2, 1981.

Couleurs de Tunisie : 25 siècles de céramique, (cat. exp., Paris, Institut du monde arabe, 1995), Paris : A. Biro/Institut du monde arabe, 1994.

Trésors fatimides du Caire, (cat. exp., Paris, Institut du monde arabe, 1998), Paris : Institut du monde arabe, 1998, p. 185, 218-219.



Expression #1 of ORDER BY clause is not in SELECT list, references column 'qantara.fr_index.in_poids' which is not in SELECT list; this is incompatible with DISTINCT