Qantara Qantara

Grand plat à décor végétal

  • Titre / dénomination : Grand plat à décor végétal
  • Lieu de découverte : Tunis, fouilles de la qasaba
  • Date / période : XIVe-XVe siècle
  • Matériaux et techniques : Céramique à pâte argileuse, décor peint sur glaçure opacifiée
  • Dimensions : H : 16 cm ; D : 43 cm
  • Ville de conservation : Tunis
  • Lieu de conservation : Musée de Sidi Kacem al-Jalizi
  • Numéro d'inventaire : A. 41

Il s’agit d’une grande coupe conique aux parois évasées, nettement infléchie dans la partie supérieure et à la lèvre simple arrondie. Sur la glaçure de couleur crème qui couvre les deux faces, se détache un décor bleu et brun.

Sur l’avers, un ruban, constitué de quatre filets bleus, rythmé de zones « guillochées » de même couleur, compris entre deux liserés bruns, souligne le bord. Sur toute la surface de la pièce, se développe une rosace inscrite dans un cercle cerné de deux liserés bleus, qui évoque l’image d’une large fleur épanouie. Les couleurs sont posées en aplat ou, pour le dessin principal bleu, en guillochis. Les pétales en arceaux brisés, surmontés d’un nodule, rayonnent autour d’un cœur composé d’un hexagone inscrit dans une corolle festonnée à six lobes et d’une étoile à six branches dont les pointes se raccordent aux pétales de la rosace, meublé chacun d’un motif brun en forme d’amande. Des motifs floraux stylisés, en as de pique, guillochés, meublent les intervalles extérieurs entre les pétales, et donnent naissance à de minces feuilles brunes trilobées très effilées, le tout formant comme une guirlande, ponctuées de demi-feuilles bleues inversées, flanquant la pointe des motifs guillochés.

Le décor ornant le fond de cette coupe illustre bien la production céramique de la période hafside où le bleu de cobalt et le brun de manganèse sur fond blanc constituent la nouvelle gamme chromatique en vogue, qui se substitue à celle des siècles précédents, caractérisée par l’emploi du vert, du brun et du jaune. Il se caractérise par la sobriété, héritage de la rigueur des Almohades (XIIe siècle), qui produisirent des céramiques à décors de rinceaux, de frises simples et d’arcs unis ou festonnés, de rosaces ou de motifs étoilés. Cette pièce offre des analogies certaines avec d'autres céramiques contemporaines signalées à Marrakech, Bougie et Paterna[1]. L'étude comparative de tessons bougiotes et de céramiques découvertes à Marseille au début du XXe siècle, dites « d'époque marseillaise » et décorées uniquement en bleu, a relevé une parenté entre les deux productions : « Elles semblent, dit Marçais[2], sortir du même atelier ». A Pise également, l'église San Michele Degli Scalzi est décorée de deux pièces en bleu et brun de la fin du XIIe-début du XIIIe siècle de même facture et de même style que les plats tunisois[3]. Toutes ces pièces présentent deux caractéristiques essentielles. Il s’agit d’une part de l'utilisation sur fond blanc du bleu pour le dessin des motifs, et du brun pour les cerner ou, comme ici, colorer des motifs secondaires, et d'autre part de l'emploi d'un décor végétal léger et de formes géométriques simples ou composées. Il faut remarquer qu'à la même époque en Égypte, en Syrie, et en Turquie, la mode était à l'utilisation d'une céramique bleue et noire sur fond blanc ou bleu ciel[4]. S'agit-il d'une pure coïncidence ou faut-il envisager des goûts communs pour les mêmes coloris dans plusieurs contrées du monde méditerranéen islamique à la même époque ?

NOTE

[1] Plats de céramique lustrée qui datent du XIIIe siècle, exposés au musée de Paterna. Voir Garcia, M., Las Ollerias de Paterna, vol. I, siglos XII Y XIII, Valence : Ajuntament de Paterna, 2001, p. 279, 287.

[2] G. Marçais, Les poteries et les faïences de Bougie, Constantine, 1916, Cité par Daoulatli A.,  Couleurs de Tunisie, 25 siècles de céramique, cat.exp., Paris, Institut du monde arabe, 1994, Paris : IMA-Adam Biro, 1994., p. 106.

[3] A l'exemple des deux bols à décor géométrique et floral qui datent du XIIIe-XIVe siècles, exposés au musée Sidi Kacem al-Jelizi, inv A.54 et A.23. Voir Couleurs de Tunisie, 25 siècles de céramique, cat.exp., Paris, Institut du monde arabe, 1994, Paris : IMA-Adam Biro, 1994., p. 158, 168.

[4] Voir bol à la harpie barbue, Syrie, début du XIIIe siècle, pâte siliceuse, décor polychrome peint sous glaçure transparente, Musée national de Damas, inv. A/1436. Voir aussi : Coupe à décor floral, pâte siliceuse, décor peint sous glaçure, Syrie, XIIe-XIIIe siècle, The Metropolitan museum, New-York, inv. 56.185.10. (L'Orient de Saladin , l'art des Ayyoubides, Exposition présentée à l'Institut du monde arabe du 23 Octobre 2001 au 10 mars 2002, IMA-Gallimard, 2001, p. 161, 168).

BIBLIOGRAPHIE DE L'OBJET

Louhichi, A., De Raqqada à Qallaline (900-1900). L’art de vivre en Tunisie, à travers la céramique, (cat. exp., Nabeul, 2000) Nabeul, 2000, Néapolis Céram, p. 37.

Couleurs de Tunisie, 25 siècles de céramique, (cat. exp., Paris, Institut du monde arabe, 1994), Paris, 1994, IMA-Adam Biro, p. 169, n° 125.

BIBLIOGRAHIE DE REFERENCE

Berti, G., Tongiorgi, L., « Ceramiche decorate (secc. XI-XIV) di importazione da vari centri dell Mediterraneo e di produzione locale sulla base della documentazione Toscane », in La céramique médiévale en Méditerranée occidentale (Xe-XVe siècles), Valbonne, Paris, 1978, C.N.R.S., p. 83-91.

Garcia, M., Las Ollerias de Paterna, vol. I, siglos XII Y XIII, Valence, 2001, Ajuntament de Paterna, p. 132, 266.

Le ceramiche medievali delle chiese di Pisa, (cat. exp., Pise, Museo Nazionale di San Matteo, 1981,) Pise, 1981.



Expression #1 of ORDER BY clause is not in SELECT list, references column 'qantara.fr_index.in_poids' which is not in SELECT list; this is incompatible with DISTINCT